Rencontré Déco #12 : Emilie Migault, partie 2, découvrez d'où vient sa créativité

Quark continue sa rencontre avec Emilie Migault. Voici la deuxième partie de son interview. Découvrons d’où vient son inspiration et comment gère-t-elle un projet ?

Quelles sont vos sources d'inspiration ?

Comme je l’ai dit précédemment, ce sont les salons qui nourrissent l’imagination et la créativité. On s’inspire de ce que font les autres. Il faut être à l'affût d’Instagram, de Pinterest, des magazines etc. Les sources d'inspirations sont multiples, vous allez chez quelqu'un et vous voyez juste un petit objet qui vous fait penser à autre chose. C'est toujours avoir l'esprit en éveil. J’emmagasine une profusion d’idées, la plupart ne seront probablement jamais utilisées mais une idée en entraîne toujours une autre, et c’est ça qui est intéressant. Je n’ai peut-être pas encore le chantier pour, mais je le note dans un coin de ma tête. Les idées et inspirations fourmillent dans la nature, dans n'importe quelle maison, à la vue d’une construction. Je l’ai déjà dit, il faut avoir l’œil à l’affût de toutes choses.

Avez-vous un processus créatif et une façon de travailler précis ou cela dépend vraiment du chantier que vous avez devant vous ?

Alors cela peut paraître bizarre mais les idées me viennent souvent la nuit. Quand je vais rencontrer des clients,et qu’ils m’exposent leurs envies ou besoins, il y a pleins d’idées qui me viennent, mais elles ont besoin de maturer. En général j'ai un petit calepin la nuit sur ma table de chevet et je note des idées. Les 2/3 premières nuits après avoir visité un chantier, je ne dors pas beaucoup. Les idées fusent sans respect de la pendule et donc je note des choses. Le matin, il faut faire le tri. C’est à ce moment qu’il y a des petites choses qui se mettent en place.

Ça démarre comme ça. Après, il faut trouver ce que j'ai imaginé. Je vais alors à la recherche de certains types de luminaires, de meubles, d’univers pour faire une planche tendance. C’est ainsi que je travaille avec mes clients. Je leur propose de faire d'abord un avant-projet. C'est un gros dossier où je vais proposer des univers, éventuellement des plans en 3D et des idées d'agencements. Je vais lister tous les matériaux, les tissus, les idées et établir un chiffrage du projet. C'est très précis et détaillé. Je vais faire des croquis. Les plans feront partie du deuxième processus de suivi de projet.

Je vends ce dossier en premier. Il est élaboré sur du long terme, après plusieurs rendez-vous avec les clients. Je vais leur proposer beaucoup d'échantillons et, au fur et à mesure, on va affiner les choix pour vraiment coller à leurs besoins et à leur goût.

Une fois le projet déterminé, je fais venir des entrepreneurs pour qu’ils chiffrent les travaux.

A partir de là, je leur propose de suivre le chantier et je leur fais des plans. Je sélectionne de nouveau les entreprises en fonction des devis et puis on commence les travaux. Je suis très présente sur les chantiers. Pour qu’un chantier avance vite, il n’y a pas de secret, il faut être à l'affût. Je suis très pointilleuse sur le respect des règles de l’art en matière de rénovation et sur les finitions. Les équipes avec qui je fais travailler le savent.

Est-ce que vous pensez avoir un style particulier ?

Je n'en sais rien *rires*. Évidemment je pense que j'ai une pâte mais j’essaye vraiment de coller aux envies de mes clients. Ça peut être des petites choses, je peux m’adapter à des demandes d’univers très moderne avec des agencements et des bibliothèques extrêmement linéaires et graphiques par exemple. Mais, je conçois aussi des chantiers beaucoup plus « chargés », cela dépend vraiment des envies du client.

Je pense sincèrement que nous ne sommes pas là pour faire un beau décor, nous sommes là pour faire un nid aux personnes qui nous appellent pour qu’ils s’y sentent bien. Nous concevons ce qu’ils ont espéré mais jamais imaginé. On doit créer leur univers et ne pas imposer le nôtre, c’est important pour que les clients s’y sentent bien.

Par exemple, j’ai discuté, il y a un certain nombre d’années, avec une amie décoratrice qui avait été appelée par des clients. Ils voulaient refaire une décoration très récente. Elle ne comprenait pas, leur intérieur était magnifique. En discutant avec les propriétaires, elle s’est rendue compte que les clients étaient en réalité dans un showroom. Ils ne s'y sentaient pas bien, ils n’arrivaient pas à s’approprier l'endroit. A mon sens, c’est une déco ratée ! Si c’est juste pour faire une déco de magazines, cela n'a pas beaucoup d'intérêt. Il faut qu’il y ait une âme.

Je pense en effet qu’il y a une âme dans mes chantiers. Enfin je l’espère ! J’ai une cliente, c’est le quatrième chantier qu’elle me confie par exemple. J’ai fait sa maison, les bureaux de son mari, un chalet à la montagne et une deuxième maison après qu’elle ait vendu la première. Après 4 chantiers, Je me suis vraiment rendue compte que mon travail la satisfaisait et qu’elle adhérait à mon univers. C'est très agréable et valorisant d’être rappelée par des clients avec qui vous avez déjà travaillé.

Est-ce que vous avez des chantiers de prédilection ou tous les chantiers vous conviennent ?

J'aime bien ce qui est un peu technique donc c'est vrai que je trouve très intéressant les chantiers de cuisine et de salle de bain. Créer des salons ou des chambres est moins technique mais plus personnel. Chaque chantier a son intérêt. Les chantiers professionnels comme les locaux et les bureaux m’intéressent un peu moins. Mais, ce sont souvent des challenges techniques et des casse-têtes en termes d’ergonomie. J’ai conçu entièrement un cabinet médical, c'était passionnant parce que extrêmement technique et très pointu. Mais, du point de vue créativité, on est un peu plus limité du fait des contraintes techniques ou réglementaires.

Et puis j'aime le chantier parce que c'est ici qu'on apprend, aucun projet ne se ressemble. J'ai appris énormément de tous les gens que j’ai fait travailler. On acquiert beaucoup de compétences à suivre les « fourmis travailleuses ». C'est grâce à elles qu'un chantier avance, qu’il est joli et bien fini. On peut avoir toutes les belles idées du monde, si nous n'avons pas les gens compétents pour les mettre en place, des entreprises qui ont à cœur de bien travailler, le rendu ne sera pas beau. C'est dans le détail qu’on ressent la qualité d’une réalisation.

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published

Language
French
Open drop down